Venez découvrir la collections de la Fondation Chaidron-Guisset !

Depuis de très nombreuses années, le petit village de Vresse-sur-Semois est un véritable berceau du développement artistique de la région de la Basse Semois. La Fondation Chaidron et son Centre d’Interprétation d’art ont pour vocation de permettre au public d’approcher et de découvrir ce bouillonnement artistique. Ainsi, nous organisons de façon régulière des expositions rétrospectives et thématiques consacrées à nos artistes locaux et régionaux.

 

 

 

Le Centre d'Interprétation dispose de quelque trois cents œuvres : pour l'essentiel, il s'agit de tableaux. La collection de la Fondation Chaidron-Guisset est composée, d'une part, des œuvres sauvées de l'incendie et qui ont été soit restaurées soit nettoyées, et d'autre part, de nombreuses acquisitions ou donations. Les artistes représentés dans la collection sont entre autres: le baron Léon Frédéric, Albert Raty, Marie Howet, Johnny Schuddeboom, Albert de Villeroux, Jacques Vander Elst, Yvonne Tellier, Géo Warzée, Marcel Hubert, Henri Spitsaert, Guillaume Edeline, Jeanne Portenart, Louise Boxus-Chevy, Marie Lambrexhe, Mariette Koch, Christian Brasseur, Benjamin Gourmet, Claude Collignon, Francis Clébant, Jean-Marie Lambot, Milo Dardenne ... et encore quelques dizaines d'autres peintres, parfois fort réputés.


Albert Raty                          (1889 - 1970)

Albert Raty est l'un des artistes phares de l'Ecole de Vresse.

Certainement parce qu'il vécut à Vresse et y établit son atelier mais aussi, et surtout, parce que son style reconnaissable a fait de lui un artiste bien coté.

Sa touche est large et puissante et ses couleurs sont celles de l'Ardenne: le brun de notre terre, le vert de nos arbres et l'ocre de nos collines.

 

 



Yvonne Tellier                      (1917 - 2007)

Maman de l'ancien bourgmestre de la commune de Vresse-sur-Semois, Yvonne Tellier vécut à Membre. Elle est institutrice de métier et autodidacte dans la peinture. Elle peignait à l'instinct, pour le plaisir. Son tempérament impulsif se ressent dans sa très vaste production artistique et dans son style quelque peu éparse.



Milo Dardenne                     (1938 - )

Jeune homme révolté, il passe quelques temps à Paris avant de devenir éducateur à Neufchâteau. On le connait pour sa peinture marquée par l'influence de l'expressionniste flamand Constant Permeke mais la chanson tenu également une place importante dans la vie de l'artiste.

Le message de son œuvre est emprunt de lutte contre les inégalités sociales et de fraternité.



Johnny Schuddeboom          (1908 - 1993)

Originaire des Pays-Bas, il habite longtemps dans une péniche du côté d'Anvers. Il découvre, un jour, la région de Vresse-sur-Semois et s'installe à Gros-Fays durant 16 ans.

Ses compositions semi-abstraites de grand format sont reconnaissables par leur épaisse matière ainsi que leurs couleurs contrastées qui se heurtent dans une explosion de peinture.



Christian Brasseur               (1940 - )

Neveu du gouverneur de province Maurice Brasseur, Christian Brasseur peint depuis l'âge de 15 ans. Ce coiffeur de Corbion peint ses paysages et ses bouquets avec toute la douceur qui le définit. Sa technique est solide et sa touche sûre ce qui confère à son œuvre cette remarquable profondeur.



Géo Warzée                         (1902 - 1973)

Réputé pour ses eaux fortes, Géo Warzée s'est également illustré dans la peinture, la gravure, la musique, le théâtre, l'écriture et le cinéma. Cet impressionniste séjourne souvent dans le village de Laforêt.

Il peint, avec beaucoup de matière, des scènes familiales intimes et des paysages aux atmosphères diaphanes.



Marcel Hubert                      (1926 - 1975)

Célèbre pour ses gravures, Marcel Hubert accorde une place importante à la naissance, à la vie et à la mort dans son œuvre surréaliste. Sa production fut importante mais résultait en majeure partie  de commandes.

Il réside longtemps à l'Hostellerie de la Semois à Vresse et est un des rares artistes de l'Ecole de Vresse qui n'exposa jamais à la Glycine.

 



Léon Frédéric                       (1856 - 1940)

Issu d'une riche famille bruxelloise, il voyage beaucoup à la découverte du travail des grands maîtres tels Michel Ange. En voyage à Nafraiture, il est charmé par la région et s'y installe pendant plus de vingt ans. En 1929, il est créé baron par le roi Albert.

Léon Frédéric est le plus grand représentant du symbolisme belge même si bon nombre de ses œuvres se rattachent au courant réaliste.



Albert de Villeroux                (1934 - 2011)

Très présent dans le monde du théâtre, il est l'auteur de plusieurs pièces. Il réalise également des documentaires sur Venise, l'Andalousie,...

Dans la peinture, son thème de prédilection est la femme. Ses créations son riches de symboles et pourtant elles ne portent, selon lui, aucun message mais sont source d'inspiration pour celui qui les regarde.



Benjamin Gourmet               (1941 - )

Issu d'une famille de cinq enfant, il grandit à Bellevaux. Il devient instituteur et voue sa passion à la peinture, au dessin et, plus récemment, à la sculpture.

Ses sujets de prédilection sont les coins pittoresques de sa région avec une préférence particulière pour les sujets hivernaux



Jacques Vander Elst             (1925 - 1991)

Originaire de la région bruxelloise, son art de prédilection est tout d'abord le chant lyrique. Jacques Vander Elst se consacre plus tard à la peinture et s'installe à Vresse-sur-Semois.

Il peint les paysages paisibles de l'Ardenne et de la Bretagne mais sait également traduire, dans sa peinture, toute la rudesse de la vie d'autrefois.



Marie Howet                        (1897 - 1984)

Issue d'une famille aisée d'origine libramontoise, Marie Howet est la première femme à recevoir le Prix de Rome en 1922. Elle installe un petit atelier à Rochehaut et est très proche de José Chaidron et des activités de la Glycine.

Son œuvre est originale, à la fois unique et diverse. Elle y relate ses nombreux voyages et y traduit tout son amour pour la vie.



Claude Collignon                  (1937 - 2010)

Tapissier-garnisseur de métier, Claude Collignon donne également des cours de dessin dans la région de Bouillon. C'est grâce à José Chaidron et son exposition à la Glycine qu'il fut repéré dans le monde de la peinture et en 1979, il est lauréat du prix Marie Howet.

Ses créations traitent bien souvent de son Ardenne natale mais aussi de ses voyages et rencontres dans un style très fin.



Gérard Gribaumont              (1951 - )

Graphiste à Virton, il est autodidacte dans le domaine de la peinture. Son œuvre est figurative et essentiellement paysagiste à l'origine. Ses silhouettes sont enserrées de traits noirs qui viennent fendre la toile.